Julien PIERRE

enseignant • chercheur • consultant
sciences de l’information et de la communication

identitésvie privéedonnées personnelles

Recherche scientifique

Je travaille sur les dispositifs identitaires, et notamment les réseaux socionumériques : je regarde comment ils renvoient à des tendances sociales, techniques, marchandes et politiques.
Je cherche à comprendre le régime d'indistinction qu'ils opèrent en réduisant les potentialités de réalisation de soi et en se focalisant sur la gestion des transactions électroniques.

Doctorat en Sciences de l'Information et de la Communication


Sujet de thèse

« Le cadre privatif : des données au contexte
Approche interdimensionnelle
des médiations
de la vie privée »
Le mémoire de thèse est sera bientôt disponible en téléchargement
Voir le carnet de recherche en ligne : www.identites-numeriques.net

Résumé : « Les individus peinent à équilibrer les médiations que connait le cadre privatif (cadre participatif appliqué aux interactions dans la vie privée) : appareillage technique, sollicitations marchandes, législations pèsent sur les processus d’identification et de socialisation. Mon travail porte sur trois hypothèses : 1, la privatisation de l’institution identitaire, dans laquelle l’État délègue son pouvoir régalien dans l’apposition et la certification des identités au profit d’agents économiques du secteur privé. Certaines de ces entreprises sont également éditrices de réseaux socionumériques dans lesquels les individus construisent leur projet identitaire ; 2, ce projet est alors conditionné par l’architecture informationnelle et par les logiques socio-économiques du site web, mais également par les relations intersubjectives que les individus nouent en entre eux après s’être adapté à ces deux contingences. Ces expérimentations identitaires sont diffusées auprès d’un premier cercle intersubjectif que nous appelons espace anecdotique, et qui peut être contenu dans un dispositif médiatique. De ce fait, les transferts de données personnelles d’un contexte à un autre (parmi lesquels se trouvent ces expériences sociales) requièrent des modalités de régulation aujourd’hui distribuées entre le législateur, les entreprises et les usagers. À travers notre schéma actanciel du cadre privatif, nous proposons un outil d’appréhension des configurations sociotechniques de la vie privée  ».

Publications scientifiques

ACL : Articles dans des revues internationales ou nationales avec Comité de lecture
  • Pierre J., « De la convergence des sphères publiques, professionnelles et privées », La curation : entre usages individuels et pratiques professionnelles, Documentaliste—Sciences de l’information, vol.49, n°1, 2012, p.29-30

    Résumé : « Cet article resitue les pratiques professionnelles relatives à l’info-médiation dans le cadre sociohistorique des rapports entre sphères privée, professionnelle et publique. L’autonomisation du sujet le conduit à faire valoir sa subjectivité, y compris dans ses pratiques socioprofessionnelles».

  • Pierre J., « Génétique de l’identité numérique. Sources et enjeux des processus associés à l’identité numérique », Les cahiers du numérique, vol.7, n°1, 2011, p. 15 – 29

    Résumé : « Entre les discours sociaux et la polysémie du terme, nous proposons de cadrer l’identité numérique au cœur de multiples dimensions (anthropologique, économique, sociopolitique). Cet entrelacement permet non seulement d’aborder l’objet, mais aussi d’en faire ressortir les enjeux relatifs à la vie privée. »

ACT : Communication avec actes
  • Pierre J., "Reverse privacy engineering", Proceedings of WebScience 2013, ACM, Paris, 03/05/2013

    Résumé : « Je compare le cadre participatif des conversations privées en face à face avec ce que les dispositifs de socialisation en ligne proposent comme réglages de confidentialité. En montrant les variables, je propose de revenir sur les modèles d'ingénierie de la vie privée ».

  • Pierre J., « Réputation, industrialisation et modèle socio-économique du salon », colloque international sur L’e-réputation et les traces numériques : dimensions instrumentales et enjeux de société, IDETCOM, Université de Toulouse 1 Capitole, 21-21 mars 2013 (actes à paraître)

    Résumé : « En partant des processus informationnels propre à la réputation et en les resituant au cœur des stratégies des firmes, nous faisons ressortir d’une part un partenariat entre les industries de la certification d’identité et de la réputation et les industries de la culture, de l’information et de la communication. D’autre part, en mobilisant les modèles socio-économiques, nous faisons ressortir plusieurs enjeux, notamment en regard de l’instrumentation des processus intersubjectifs et de leur indistinction au cœur des dispositifs. »

  • Alloing C., Pierre J., « Construire un cadre d’analyse avec les SIC pour comprendre les pratiques et les enjeux de la réputation en ligne (des individus et des organisations) », Actes du XVIIIème congrès de la SFSIC, Rennes, 31/05/2012 (à paraitre)

    Résumé : « Afin d’aller derrière la notion-écran et les discours de la réputation, nous proposons dans cet communication de reconstruire un cadre épistémologique propre aux sciences de l’information et de la communication, c’est-à-dire mêlant la phénoménologie et l’approche affective, l’informationnalisation et la documentarisation, et enfin l’économie politique de la communication. Une tel cadre nous semble avoir une portée heuristique apte à étudier les pratiques, leurs ancrages, les discours et les critiques de la réputation en contexte numérique. »

COM : Communication sans actes
  • Pierre J., « Usages et représentations des réseaux socionumériques », séminaire Les identités numériques, ISCC/CNRS, Paris, 05/12/2011

    Résumé : « Nous présentons ici les résultats d’une enquête par observation menée auprès d’une population représentant selon nous une figure du sujet contemporain (soumis à l’injonction d’être soi dans un monde de normes). Un groupe de jeunes adultes apprentis a ainsi été l’objet d’un dispositif de capture de leurs productions éditoriales en ligne (Facebook), autour desquelles nous nous sommes ensuite entretenues. Il ressort de ces matériaux une interdépendance entre singularisation et expérimentation des normes sociales, ainsi qu’un apprentissage de la locution privative en ligne. »

  • Pierre J., « Entre Big Brother et le grand frère, les postures du chercheurs en SIC », journée d’étude La posture du chercheur, organisée par l’ALECSIC — ENS-​LSH, Lyon, 17/06/2010

    Résumé : « Nous revenons de manière critique sur notre dispositif de recherche par capture de productions éditoriales en ligne. Au-delà d’une simple posture de distanciation avec l’objet, ce dispositif pourrait s’apprécier selon les pratiques de surveillance qu’il met en avant. Toutefois, la combinaison de ce mécanisme avec une immersion au sein de la population nous amène en envisager l’ensemble méthodologique comme la seule clé d’appréciation des pratiques sociales en ligne : nous postulons ainsi qu’il faut être au cœur des populations et des boites noires informationnelles, qu’il faut s’immerger dans la vie privée des usagers pour comprendre les effets sur leur vie privée de leur propre immersion dans les réseaux socionumériques. »

OS : Ouvrages Scientifiques (ou chapitres)
  • Pierre J., « Reconfigurer le réel : les différentes formes de performativité des bases de données à caractère personnel du web social », in Rojas E. (dir), Le social est-​il soluble dans le web ?, London: Hermes Sciences Publishing, 2013 (à paraitre)

    Résumé : « Les dispositifs identitaires, et notamment ceux portant les processus de socialisation en ligne (réseaux socionumériques) reposent sur une architecture informationnelle lourde d’enjeux anthropologiques et sociopolitiques. En effet, le modèle sémantique et les fonctionnalités mises en avant dans les RSN recondusient auprès de leurs usagers l’imaginaire sociotechnique de leurs concepteurs. En réduisant la représentativité des expériences sociales, de tels dispositifs réduisent également les possibilités d’intervention entre les individus. Les processus d’intersubjectivation sont ainsi conditionnés par les politiques informationnelles : lissage comportemental, transfert culturel, syndrome transcontextuel, routinisation font partis de ces différents effets abordés dans le chapitre. »

  • Martin-Juchat F., Pierre J., « Facebook et les sites de socialisation : une surveillance librement consentie », in Galinon-Mélénec B. (dir), L’Homme trace. Perspectives anthropologiques des traces contemporaines, Paris : CNRS Editions, 2011

    Résumé : « Nous présentons ici les premiers résultats issus de notre recherche doctorale. Les pratiques sociales sont ainsi abordées dans la perspective d’une production de traces numériques : nous interrogeons notamment le paradoxe entre les représentations mentales et les usages d’une population de jeunes adultes en situation d’apprentissage professionnel. Il ressort de cette analyse que les productions éditoriales sont la mise en récit de cet apprentissage, mais en sont également l’écho tant les pratiques et les normes socioprofessionnelles pénètrent les processus d’intersubjectivation. »

AP : Valorisation de la recherche : publications et conférences grand public
TH : Thèses
  • Pierre J., Le cadre privatif : des données aux contextes. Approche inter-dimensionnelle des médiations de la vie privée, thèse de doctorat sous la direction de F. Martin-Juchat, soutenue publiquement le 19/04/2013, Université de Grenoble-Alpes

Projet de recherche

  • Chaire « Digital Natives », Orange + Grenoble École de Management
    Observation des pratiques informationnelles de jeunes étudiants en contexte socio-professionnel : ancrage affectif, représentation des enjeuxsociétaux et usages des TIC.
    En partenariat avec Orange Labs (Anka Boboc), ENS-Lyon (Jean-Michel Salaün), IRI (Bernard Stiegler) et l’Université de Grenoble-Alpes (Fabienne Martin-Juchat).
    Méthodologie contributive pour la partie qualitative de l’enquête.
    Projet démarré en novembre 2012 pour une durée de 3 ans.

Enseignements relevant de l’Information et de la Communication

Partie théorique

  • Processus d’identification et socialisation, microsociologie, sociologie des configurations, épistémologie
  • Dialectiques et dispositifs de la vie privée : pratiques sociales et linguistiques, traitement juridico-technique des données personnelles, régulations de la vie privée
  • Dispositifs hypermédia : construction et critique (des langages formels aux applications de communication), modélisation des données, systèmes d’information, appropriation et usages sociaux
  • Fondamentaux des SIC, approche critique et sociohistorique des TIC
  • Communication, management et marketing : stratégies, enjeux et pratiques au sein des organisations
  • Culture et stratégies des acteurs du web

Applications pratiques

  • Méthodologie de la recherche (quanti/quali, ethno), établissement et analyse de corpus, entretiens, assistance numérique au traitement des données et à l’administration de la recherche, veille, management de l’information
  • Méthodologie de production de contenus professionnels : webdesign (HTML5 / CSS3 / Javascript et JQuery/ PHP / SQL / XML / RDF /métadonnées), PAO (Photoshop, InDesign), bureautique avancée (Office, Project),base de données
  • Conduite et planification de projet administratif, commercial et informationnel
  • Design d’information, culture générale et expression écrite/orale
  • Administration pédagogique (BTS/Licence/M2)
  • Responsable suivi de projet/mémoire
  • Enseignant référent en BTS
  • Membre de commissions d’examen et jury de soutenance

Détails des cours

2012 - 2013 (ATER ICM, Université de Grenoble-Alpes)
2011-2012 (Enseignant contractuel ICM, Université de Grenoble-Alpes)

Consultant Identités numériques

Veille stratégique

Accompagnement aux usages sociaux

Assistance Maîtrise d'Ouvrage Web

Parcours scolaire et professionnel

2012-2013

ICM, Echirolles, France

2011-2012

Centres d'intérêt

Allongé

Allongé sur le soleil

Bouteilles

Bouteilles sur fond vert

Eutopia

Eutopia

Fleurs

Fleurs

L'Île et le feu

L'île et le feu

La Ville

La Ville

Métropole

Métropôle

Pré gentil

Pré gentil

Vue des Vallons Vénusiens

Vue des Vallons Vénusiens

▲ Top